Vente aux enchères judiciaires

Faites des affaires au tribunal

Adjugé ! Les ventes aux enchères au tribunal sont une mine d’occasion prisées par les professionnels de l’immobilier et les particuliers accompagnés d’un avocat.

enchere-judiciaire-02enchere-judiciaire-01Les enchères au tribunal continuent de faire des émules et l’avenir leur sourit avec la réforme qui s’est dessiné ces dernières années, saluée par tous les professionnels du secteur.

Soucieux de favoriser la vente à l’amiable et de réduire les délais de la procédure, le gouvernement a signé le 27 juillet 2006 le décret d’application de l’ordonnance du 21 avril 2006, réformant les ventes par adjudication.
Ce décret, modifié depuis par deux fois, a permis une nette amélioration du dispositif règlementaire, accroissant la diligence et l’efficacité des procédures de ventes forcées.

Les sites encheres-publiques.com, licitor.com et special-encheres.com mettent aujourd’hui en ligne une centaine d’annonces de vente chaque mois.

Maître Denis Clément Bracka représente le plus souvent des syndicats de copropriétaires. Selon lui, « la dimension humaine dans ces opérations n’est pas négligeable. La séance d’orientation est un pas en avant vers la résolution amiable des conflits : le juge a compétence d’exécution pour ordonner une vente à l’amiable dans
un délai de 3 à 6 mois – si le copropriétaire avance des preuves de son intention et de
sa capacité à respecter l’ordonnance du juge. »

« Si le bien a une valeur moyenne, les journaux à coût moyen seront préférés, comme France Soir ou Le Parisien, ainsi que les Affiches Parisiennes pour les annonces légales, nous explique Maître Denis Clément Bracka. Pour un bien de valeur plus exceptionnelle, Le Figaro, La Tribune, Les Echos peuvent être sollicités pour un encart publicitaires. Nos publicistes, chargés des annonces légales, étudient les options pour choisir la mieux adaptée en fonction du bien. »